Balade d'hiver, couleurs d'automne (La Petite Collection) par Henry David Thoreau

Balade d'hiver, couleurs d'automne (La Petite Collection)

Titre de livre: Balade d'hiver, couleurs d'automne (La Petite Collection)

Éditeur: Fayard/Mille et une nuits

Auteur: Henry David Thoreau


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Henry David Thoreau avec Balade d'hiver, couleurs d'automne (La Petite Collection)

Henry David Thoreau ne s’est jamais contenté d’admirer la Nature. Depuis sa retraite au milieu des bois, à Walden en 1845, jusqu’à ses longues promenades dans les forêts de la Nouvelle-Angleterre, il n’a eu de cesse de la parcourir. Jour après jour, il a scrupuleusement consigné dans son Journal, dont « Balade d’hiver » (1846) et « Couleurs d’automne » (1862) sont tirés, chaque détail observé au cours de ses excursions et la moindre variation du paysage.

Sensible aux saisons du déclin, périodes propres à la méditation, ce philosophe de la nature s’emploie à décrypter les signes d’une harmonie universelle au sein de laquelle l’homme doit trouver sa place.

Livres connexes

Henry David Thoreau ne s’est jamais contenté d’admirer la Nature. Depuis sa retraite au milieu des bois, à Walden en 1845, jusqu’à ses longues promenades dans les forêts de la Nouvelle-Angleterre, il n’a eu de cesse de la parcourir. Jour après jour, il a scrupuleusement consigné dans son Journal, dont « Balade d’hiver » (1846) et « Couleurs d’automne » (1862) sont tirés, chaque détail observé au cours de ses excursions et la moindre variation du paysage.

Sensible aux saisons du déclin, périodes propres à la méditation, ce philosophe de la nature s’emploie à décrypter les signes d’une harmonie universelle au sein de laquelle l’homme doit trouver sa place.

Henry David Thoreau ne s’est jamais contenté d’admirer la Nature. Depuis sa retraite au milieu des bois, à Walden en 1845, jusqu’à ses longues promenades dans les forêts de la Nouvelle-Angleterre, il n’a eu de cesse de la parcourir. Jour après jour, il a scrupuleusement consigné dans son Journal, dont « Balade d’hiver » (1846) et « Couleurs d’automne » (1862) sont tirés, chaque détail observé au cours de ses excursions et la moindre variation du paysage.

Sensible aux saisons du déclin, périodes propres à la méditation, ce philosophe de la nature s’emploie à décrypter les signes d’une harmonie universelle au sein de laquelle l’homme doit trouver sa place.